Dossier Coopérations internationales

La Suisse ne suffit pas

Les coopérations internationales sont d'une importance primordiale, ce qui apparaît précisément dans les domaines dans lesquels SWITCH travaille.

Le Conseil fédéral pense que les coopérations internationales sont décisives lorsqu'il s'agit de maintenir notre excellence actuelle au niveau de la formation, de la recherche et du développement. Il donne d'ailleurs priorité à ces trois domaines en politique.

SWITCH fait partie intégrante de la communauté suisse des hautes écoles. Sur la base de ses compétences centrales Réseau, Security et Identity Management, SWITCH propose des solutions TIC développées en partenariat et permettant aux utilisateurs du monde universitaire de réaliser des performances de pointe au sein de la concurrence mondiale.

C'est ainsi que SWITCH s'engage depuis ses débuts dans des organes et projets transfrontaliers. On ne saurait par exemple imaginer la recherche de pointe sans coopération internationale. Cela vaut également pour la sécurité sur Internet. La collaboration au-delà des frontières nationales et aussi des limites entre organisations offre la seule chance de faire front contre les cybercriminels. Internet ne serait pas présent dans le monde, ni par conséquent en Suisse, si l'on n'avait pas travaillé au-delà des frontières et ne s'était pas accordé sur des normes.

Il y a encore d'autres exemples pour lesquels les coopérations internationales, sans être indispensables, aident néanmoins à optimiser le monde numérique. Par exemple au niveau du Procurement ou des services Cloud.

Quoi qu'il en soit, l'engagement international de SWITCH profite dans bien des cas non seulement aux hautes écoles mais en fin de compte à toute la Suisse. Par exemple sous la forme d'un site de recherche fort en Suisse ou d'une Cybersuisse sûre.