Cette article est de la catégorie Corporate et du dossier Interconnexion

Trois portes sur le monde

La mise en réseau internationale est indispensable aux universités. SWITCH y apporte son concours. Au triple.

Texte: Christoph Witzig, publié le 21.08.2014

Au commencement était le réseau. Interconnecter les universités suisses entre elles et avec le monde – telle était la raison d'être de SWITCH. Mais depuis longtemps, SWITCH a grandi au-delà. Depuis ce raccordement historique de la Suisse au monde en 1990, la fondation a ouvert deux autres portes aux universités suisses pour les liaisons internationales, et bien au-delà de la bande passante et des liaisons Internet. Il s'agit d'une part de services internationaux sur le réseau et d'autre part de partenariats avec des institutions d'autres pays – le terme de "réseau" l'indique déjà.

Même si le réseau physique est présent depuis longtemps: le point nodal Internet au centre de recherche nucléaire CERN à Genève revêt jusqu'a présent une importance cruciale: c'est de là que SWITCH interconnecte les hautes écoles suisses avec la recherche et l'enseignement dans toute l'Europe. Afin d'exploiter un réseau paneuropéen, SWITCH a fondé, avec d'autres NRENs (National Research and Education Networks), l'organisation Dante qui exploite le réseau hautes performances pour l'enseignement et la recherche en Europe et l'étend successivement depuis des années. SWITCH est encore actuellement actionnaire de Dante et a son siège au directoire de cette organisation.

GÉANT n'a pas seulement pour but de maintenir constamment les bandes passantes au niveau le plus haut possible. L'organisation vise également à surmonter le fossé entre l'Europ et le reste du monde. Ceci est important non seulement pour la recherche: de plus en plus d'étudiants font une partie de leurs études à l'étranger. En outre, de plus en plus d'universités créent des partenariats avec d'autres hautes écoles, par exemple en Inde ou au Moyen-Orient ou en Extrême-Orient. Ces universités sont, dans le cas typique, reliées à l'université en Suisse par l'intermédiaire de GÉANT.

Et le service proposé par SWITCH continue sans interruption: les membres des universités peuvent, en près de 10’000 endroits dans 60 pays du monde, ouvrir simplement leur ordinateur portable – et déjà, ils sont reliés à Internet, sans autre manœuvre, et gratuitement. Ceci fonctionne grâce à eduroam,un serviceauquel les hautes écoles suisses participent par l'intermédiaire de SWITCH.

 

La connexion Internet partout et en tout temps – ce n'est pas là l'unique credo de SWITCH. La connexion doit en outre être sûre, car la cybercriminalité est devenue entretemps une branche économique en soi. C'est pourquoi SWITCH met à la disposition des universités son Computer Emergency Response Team (CERT) comme partie intégrante de la connexion Internet. SWITCH-CERT est un exemple de service SWITCH par le réseau, la deuxième porte vers le monde. Etant donné que la cybercriminalité est un commerce international, SWITCH-CERT est également en contact, au niveau international, avec des organisations sœurs du monde commercial aussi bien qu'universitaire. Elle échange quotidiennement avec elles des informations sur les dangers du cyberspace et participe activement à des organisations telles que l'European Agency for Network and Information Security (ENISA).

SWITCHaai étendre au niveau international

La connexion vers le réseau univesitaire doit être sûre – mais aussi accessible, et ce de manière aussi simple que possible. SWITCH a résolu cette contradiction apparente en développant l'infrastructure d'authentification et d'autorisation SWITCHaai pour la Suisse et en continuant à l'étendre au niveau international. Cela n'exige pas que du savoir-faire technique; il faut en outre s'accorder sur des directives et normes sur le plan international. Dans le cadre du projet de l'UE GÉANT, SWITCH occupe une position de chef de file dans l'introduction de l'interopérabilité entre les infrastructures nationales d'authentification et d'autorisation par eduGAIN (Education Global Authentication Infrastructure). Elle coordonne pour cela les travaux d'une cinquantaine de participants au projet, appartenant à 16 organisations partenaires. Actuellement, 24 pays participent à eduGAIN, 8 sont sur la liste d'attente.

Les partenariats sont la troisième porte par laquelle SWITCH favorise l'interconnexion internationale de la recherche et de l'enseignement suisses. Outre la participation à Dante, SWITCH est également membre de la Trans-European Research and Education Networking Association (TERENA). Cette organisation va fusionner avec Dante afin d'assumer un rôle plus important au niveau européen. En choisissant le logiciel Shibboleth comme base de SWITCHaai, SWITCH a également constitué une relation avec Internet2. Internet2 est l'organisation soeur de von SWITCH aux USA. Avec Internet2 et le NREN JANET britannique, SWITCH a fondé l'année dernière le Shibboleth Consortium en vue de poser la maintenance et le développement de Shibboleth sur une base durable. Ainsi, les investissements des hautes écoles suisses dans SWITCHaai devraient être assurés.

En résumé: les trois portes de SWITCH vers le monde sont, pour les universités suisses, la base d'une place de pointe dans l'enseignement et la recherche.

Cet article a paru au Journal SWITCH octobre 2014
L'auteur
Christoph   Witzig

Christoph Witzig

Christoph Witzig travaille chez SWITCH depuis 2005 et dirige actuellement la division Central ICT Providers. Il a étudié la physique de haute énergie à l'EPF de Zurich, obtenu son doctorat au CERN à Genève et occupé diverses fonctions, entre autres également au USA.

E-mail
Autres articles