De l’idée intelligente au concept audacieux

FUTURE UNIVERSITY Event – Sortir des sentiers battus, cultiver l’échange et façonner ensemble la transformation numérique.

Texte: Cornelia Puhze, publié le 01.07.2019

La numérisation bouleverse notre monde de fond en comble et exige de nouveaux concepts, y compris de la part de la communauté suisse des hautes écoles. Comment naissent les nouvelles idées et comment réussir à façonner la transformation numérique? Comment le savoir est-il enseigné avec succès au XXIesiècle et quelles compétences les hautes écoles doivent-elles transmettre aux étudiants? Voilà quelques-unes des questions qui ont été abordées le 19 juin 2019 par les invités et les intervenants lors du FUTURE UNIVERSITY Inspiration Event. Cette année, c’est sous la devise TRANS-FORM-AcTION que les participants ont reçu des impulsions et de l’inspiration pour orchestrer le changement numérique, faire émerger de nouvelles idées et donner vie à de nouveaux concepts. Plusieurs conférences d’AcTION ont illustré comment des processus de transformation numérique peuvent être mis en pratique avec passion, audace et curiosité.

Avec FUTURE UNIVERSITY, SWITCH propose aux dirigeants du paysage universitaire une plate-forme qui soutient activement l’échange sur les questions actuelles et futures en matière de numérisation et qui vise à promouvoir le développement commun. SWITCH se considère comme partie intégrante de la communauté des hautes écoles suisses et joue un rôle de «facilitateur» technique et conseiller fédérant des intérêts communs. La Fondation promeut le débat sur la transformation numérique afin que la Suisse puisse continuer à défendre durablement et avec succès son excellente position au niveau mondial dans les domaines de la recherche et de l’innovation.

Orchestrer le changement continu et promouvoir de nouvelles idées

En ouverture, le chef d’orchestre, producteur musical et coach Christian Gansch a dévoilé les coulisses du monde des orchestres sous un angle original. À l’exemple d’un orchestre symphonique, il a expliqué comment le changement continu peut être orchestré et comment on peut réunir des individualistes et des artistes en un tout sans faire abstraction de leurs différences et particularités.

 

«Ce sont les erreurs intelligentes dans notre pensée qui nous différencient des machines et de leur absence de créativité».

Dr. Henning Beck

La prochaine intervention fut un appel scientifique à une pensée erronée et inefficace – ce qui la rend justement hautement innovante. Henning Beck, neuroscientifique, biochimiste et champion d’Allemagne de Science Slam, s’est montré convaincant en affirmant que «ce sont les erreurs intelligentes dans notre pensée qui nous différencient des machines et de leur absence de créativité». Bien que les humains ne soient pas aussi performants que les ordinateurs, les nouvelles idées ne se trouvent pas sur Google. La recherche et l’enseignement doivent donc également évoluer, car d’autres compétences sont requises et nous apprenons différemment avec l’aide de la technologie.

L’apprentissage personnalisé en pratique

Lucian Cosinschi, directeur de la région Europe des Minerva Schools at KGI, a présenté le premier exemple d’une haute école centrée sur l’apprentissage. Il a donné un aperçu de son institution qui se considère comme innovante en ce sens qu’elle cherche à faire en sorte que la formation reste pertinente à notre époque marquée par des interactions globales et par une mutation rapide. La haute école entend transformer les individus en citoyens du monde enthousiastes, critiques et socialement responsables grâce à des outils et à des connaissances du XXIesiècle. Les études se déroulent dans sept endroits différents à travers le monde et sont complétées par des stages.

Le concept finlandais «Team Academy» a déclenché une petite révolution dans les études de bachelor en gestion d’entreprise à la Haute école spécialisée de Suisse occidentale HES-SO: les examens habituels ont été supprimés et remplacés par une évaluation basée sur des compétences. En accord avec l’approche pratique, Antoine Perruchoud, professeur et directeur de l’institut Entreprenariat et Management (IEM) à la Haute École spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), a demandé à trois de ses étudiants de présenter leur processus d’apprentissage personnalisé.

Dès le premier jour de leurs études, les étudiants travaillent par équipes de trois avec de vrais clients et de vraies transactions sur de vrais projets. Ces «teampreneurs» apprennent, comprennent et réfléchissent en se basant sur leurs réussites et leurs échecs. Chaque parcours d’apprentissage est individuel et guidé par les intérêts personnels. Un portefeuille numérique soutient le processus d’apprentissage. 21 compétences différentes en économie d’entreprise sont acquises, démontrées et validées au cours des trois années d’études.

Pour terminer, Andreas Bleuler, Senior Computer Scientist & Industry Advisor au Swiss Data Science Center de l’EPF de Zurich, a présenté une approche pédagogique quelque peu différente pour la formation continue dans le domaine du «Machine Learning». Dans le nouveau cours «Carving Through Data», les participants n’apprennent pas avec des séries de données issues de curation dans un amphithéâtre, mais avec des données «réelles» qu’ils ont générées eux-mêmes au préalable sur une piste de ski. Ce concept présente plusieurs avantages: les participants apprennent en adoptant une approche plus intuitive des données utilisées, mais aussi avec une plus grande motivation intrinsèque et une expérience plus réaliste en ce qui concerne le traitement des données.

Informations supplémentaires

Autres articles