Les éléments essentiels du réseau de l’avenir

SWITCHlan combine trois éléments essentiels pour affronter les défis de ces prochaines années: d’importantes réserves de puissance, un réseau de fibre optique d’une grande stabilité et une équipe unique parée d’un savoir-faire visionnaire.

Texte: Fabian Mauchle, publié le 01.10.2019

C’est dans le cadre du projet ALPSTEIN entre 2014 et 2016 que SWITCH a construit l’actuelle génération de SWITCHlan. Depuis lors, nous n’avons cessé de développer le réseau pour répondre à des exigences toujours plus élevées.

D’importantes réserves de puissance

Avec l’infrastructure optique de base actuelle, SWITCHlan est théoriquement capable de transmettre jusqu’à 100 gigabits par seconde sur chacune des 88 liaisons de chaque itinéraire de fibre optique. Cela correspond au chiffre incroyable de 8,8 térabits par seconde. Pour se représenter ce volume, il faut considérer que SWITCHlan transporte aujourd’hui près de 20 pétaoctets de données par mois. À raison de 8,8 térabits par seconde, ce volume de donnée mensuel peut être transféré en environ cinq heures. Il reste donc une grande réserve de croissance pour le futur.

Stabilité optique

Le réseau dorsal de SWITCHlan repose sur une redondance multiple; toutes les régions géographiques de Suisse sont reliées entre elles par trois différents itinéraires de fibre optique, qui assurent ainsi l’ensemble des raccordements optiques entre les routeurs du réseau dorsal. Cela signifie que chaque fois que survient une interruption sur l’un des itinéraires, le réseau emprunte automatiquement un des deux autres. Les routeurs des points terminaux concernés ne se rendent pas du tout compte de cette interruption. Cette fonction de protection automatique confère à SWITCHlan une robustesse exceptionnelle contre les défaillances de la fibre optique, ou les pannes de courant et de matériel.

L'infrastructure optique de base est conçue pour fonctionner dix à douze ans. De nouveaux modules de transmission seront bientôt disponibles lors d’une première étape d’expansion. Ceux-ci doubleront encore les 8,8 térabits par seconde mentionnés plus haut. À l’avenir, il serait également envisageable de séparer l’infrastructure optique de base et les modules de transmission. Cela permettrait de prolonger de quelques années la durée de vie de la plateforme.

Une planification astucieuse

Nous avons introduit l’an dernier une deuxième génération de routeurs 100 gigabits. En plus d’une forte baisse des prix, leur encombrement s’est considérablement réduit. Au début, de tels routeurs pourvus de ports 100 gigabits nécessitaient encore 10 unités de hauteur (env. 45 cm dans un rack), alors qu’ils n’en demandent plus qu’une aujourd’hui (env. 4,5 cm). En outre, ils offrent 24 connexions de 100 gigabits par seconde, c’est-à-dire six fois plus pour un encombrement dix fois moindre. Nous avons profité des derniers mois pour investir dans l’expansion de notre réseau dorsal 100 gigabits. Aujourd’hui, toutes les grandes villes universitaires de Suisse disposent de deux routeurs dorsaux 100 gigabits interconnectés par le biais de plusieurs liaisons.

Nous sommes ainsi parés pour l’avenir. Grâce à son réseau puissant, robuste et flexible, SWITCHlan continuera de répondre aux exigences les plus élevées en matière de performance, de stabilité et de sécurité pendant de longues années.

 

L'auteur
Fabian   Mauchle

Fabian Mauchle

Après des études d'informatique à la Haute Ecole de Rapperswil, qu'il a achevées avec le diplôme de MSc FHO, Fabian Mauchle est entré chez SWITCH en 2010. Il travaille comme Network Engineer à l'équipe Network où il est responsable entre autres d'eduroam.

E-mail
Autres articles