Cette article est de la catégorie Services et du dossier Interconnexion

Nulle montagne trop haute pour les as du ciel

SWITCH est synonyme de plus de performance dans le monde numérique. Grâce à une planification prévoyante, SWITCH garantit à tous ses clients un surplus de performance en permanence.

Texte: Daniel BertoloGuido Biland, publié le 19.04.2017

Compte tenu de leur taille, les Etats du Benelux n’ont vraisemblablement rien à envier à la Suisse. Mais il y a une chose qu’ils nous jalousent à coup sûr: notre bulletin d’avalanches. Car qui dit bulletin d’avalanches dit belles montagnes, neige scintillante et purs loisirs d’hiver. Les premiers de ces bulletins firent leur apparition en 1945, mais à un rythme encore hebdomadaire à l’époque. Puis, en 1997, il devint journalier avant, dès 2012, de paraître deux fois par jour, en quatre langues. Pour les responsables de la sécurité, les guides de montagne et les sportifs d’hiver fatigués des pistes, le bulletin d’avalanches est une source d’information indispensable. Il peut en effet sauver des vies.

Le bulletin d’avalanches

Ce que l’on sait moins, c’est où et comment il est produit. Le responsable de cette publication est l’Institut WSL pour l’étude de la neige et des avalanches (SLF), situé à Davos. Il fait partie de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), un établissement de recherche lié au secteur des EPF. Au SLF, c’est l’équipe de prévention des avalanches qui est compétente pour le bulletin. Elle recueille, analyse et traite en continu les données de 200 observateurs et de 180 stations de mesure automatiques récoltées sur le terrain. C’est ce qui compose ensuite le célèbre bulletin d’avalanches.

Et SWITCH dans tout ça? Sans SWITCH, le bulletin d’avalanches ne quitterait pas le bureau de Davos. Il doit en effet au réseau de données à haute performance de notre institution, connu sous le nom de SWITCHlan depuis 1989, le fait de pouvoir être acheminé quotidiennement et avec fiabilité dans l’univers numérique. Depuis 2006, le SLF est d’ailleurs raccordé au SWITCHlan de façon redondante.

Le réseau de données de tous les superlatifs

Aucun actif que SWITCHlan ne peut mieux symboliser la performance de SWITCH. Il s’agit véritablement d’un réseau de données de tous les superlatifs, car il a été conçu pour une seule et noble cause: le transport de données au service de la science. Voici ses qualités hors pair en quelques mots: une inépuisable capacité, une faible complexité et une interconnexion planétaire. Il n’y a pas une université, une haute école spécialisée ou pédagogique ou un centre de recherche renommé en Suisse qui ne soit pas raccordé-e au SWITCHlan. Même des institutions mondialement célèbres telles que le CERN ou le PSI en font partie.

Des réserves de performance

Les départements de recherche et de développement du secteur privé s’intéressent aussi de plus en plus à SWITCHlan. Ils évaluent les réserves de performance ainsi que la stabilité, la sécurité et l’indépendance associées à l’infrastructure SWITCH. D’envergure internationale, ces nouveaux clients ont besoin d’un raccordement direct aux réseaux de recherche internationaux auxquels SWITCHlan est connecté.

Cela représente un intérêt très positif pour SWITCH. La recherche se traduit en effet de plus en plus souvent par un partenariat public-privé composé de coopérations internationales. Les recettes supplémentaires induites par le nombre croissant de clients assurent une expansion prévoyante de l’infrastructure réseau et fournissent une contribution bienvenue au financement de projets d’innovation en faveur de la Communauté SWITCH.

Aujourd’hui, SWITCH peut par ailleurs établir rapidement et en toute flexibilité de nouvelles connexions entre n’importe quels points du SWITCHlan. Et ces connexions sont extrêmement stables: toute interruption de la fibre est automatiquement identifiée par le système et les canaux concernés sont déviés. S’il était intégralement développé, SWITCHlan pourrait aujourd’hui transmettre des données sur 88 canaux, à une vitesse de 100 gigabits par seconde. Il reste donc encore un peu de place à côté du bulletin d’avalanches.

 

En savoir plus:
Site web SWITCHlan (https://www.switch.ch/network/)
Dossier sur le sujet (https://www.switch.ch/dossiers/networking/)
Bulletins d'avalanches (http://www.slf.ch)
Autres articles