Validité garantie par la blockchain

L’Université de Saint-Gall certifie ses diplômes avec SWITCHverify. Discussion sur le passage à la blockchain avec Marc Meyer, directeur des études et de l’enseignement, Hary Rotter, directeur du département informatique, Andreas Mayer, directeur du développement de logiciels de l’Université de Saint-Gall ainsi que Tania Stephan de SWITCH.

Texte: Tania Stephan, publié le 11.02.2021

Tania Stephan: Pourquoi l’Université de Saint-Gall utilise-t-elle SWITCHverify?

Marc Meyer: Certifier nos diplômes avec la blockchain est une étape supplémentaire vers la numérisation des activités de la haute école. Avec SWITCHverify, nous donnons à nos étudiants un outil qui leur permet de prouver à tout moment ce qu’ils ont réalisé et acquis chez nous. En nous protégeant contre la falsification de nos diplômes, nous investissons à long terme dans leur crédibilité. Nous envoyons également un signal fort au monde extérieur, à savoir que nous utilisons des technologies simples et modernes pour une sécurité accrue.

Tania Stephan: Andy, en tant que directeur du développement de logiciels, qu’est-ce qui te plaît dans cette solution?

Andreas Mayer: La blockchain est passionnante d’un point de vue technologique. La mise en service nous permet d’apprendre de nouvelles choses à nos collaborateurs tout en renouvelant notre système existant. Notre site Web permet de vérifier depuis de nombreuses années si les diplômes des 20 dernières années ont bien été délivrés par nos soins. Ce service est également appelé «verify», mais il vérifie uniquement si la personne a effectivement passé un diplôme à ce moment-là sous le numéro d’immatriculation fourni.

Tania Stephan: Quels étaient les obstacles à la mise en service de SWITCHverify?

Hary Rotter: Il a d’abord fallu que toutes les parties prenantes internes soient convaincues de la grande valeur ajoutée. Cela fut difficile au départ, car nous étions un peu des pionniers au moment d’aborder le sujet avec le professeur Fabian Schär, l’instigateur original basé à l’Université de Bâle. En interne, nous avons pu faire avancer le projet en coopération avec des programmes individuels ainsi qu’avec notre partenaire commercial. Avec la reprise du service par SWITCH, nous atteignons maintenant la maturité du produit et, espérons-le, une utilisation à grande échelle dans le paysage suisse des hautes écoles.

Andreas Mayer: Nous n’avons rencontré pratiquement aucun obstacle technique. L’effort supplémentaire pour les utilisateurs est également très limité. Nous avons mis en service SWITCHverify en améliorant le processus normal de création de diplômes en arrière-plan et en ajustant automatiquement la technologie ainsi que la certification par le biais de la blockchain. Vérifier si un diplôme est authentique dans son intégralité devient très facile avec SWITCHverify.

Tania Stephan: Combien de personnes du service informatique sont responsables pour SWITCHverify?

Andreas Mayer: Comme je l’ai dit, la charge de travail est faible: nous avons un développeur qui s’occupe de la connexion technique et son remplaçant, une personne dans la gestion du service, ainsi que Hary et moi au niveau de la direction.

Tania Stephan: Hary, de ton point de vue en tant que CIO, pourquoi recommandes-tu SWITCHverify à d’autres hautes écoles?

Hary Rotter: SWITCHverify est une solution innovante qui permettra de garantir durablement à nos étudiants la valeur de leur diplôme en nous protégeant contre les falsifications. La charge de travail initiale est faible, la valeur ajoutée pour toutes les parties prenantes est grande, et avec SWITCH comme partenaire, nous disposons d’une plateforme à laquelle toutes les hautes écoles participent et ainsi d’unir leurs forces.

Tania Stephan: Quelle est la feuille de route pour SWITCHverify?

Hary Rotter: D’ici la fin de l’année, nous voulons que tous les diplômes/certificats/confirmations numériques délivrés par l’Université de Saint-Gall puissent être vérifiés via SWITCHverify. Lors de la prochaine étape, nous évaluerons s’il pourrait y avoir d’autres cas d’utilisation pour les Smart Contracts, tels que p. ex. le dépôt de thèses, etc.

Tania Stephan: Est-il envisagé de mettre les diplômes des anciens élèves dans la blockchain?

Andreas Mayer: Oui, mais les efforts et le processus de vérification sont beaucoup trop importants pour l’instant. Surtout la vérification juridique est un point qui ne doit pas être sous-estimé.

Hary Rotter: Outre les éléments susmentionnés ci-dessus, l’Association des anciens élèves de la HSG est également établie et organisée selon le droit privé.  Toutes les clarifications faites pour l’université ainsi que les modifications techniques du système de base en matière de protection des données et de conformité devraient donc être examinées ici puis mises en œuvre appliquer si nécessaire. Cela n’est pas si facile à réaliser dans cette constellation, du moins à court et moyen terme.

Marc Meyer: Il convient également de noter que les diplômes n’ont pas été délivrés sous forme numérique jusqu’à présent. C’est là que nous voyons la limite naturelle du système : maintenant que les diplômes sont délivrés par voie numérique, l’effort d’intégration de la blockchain devient relativement faible. Mais ce n’est pas si facile à mettre en place pour les documents plus anciens.

Tania Stephan: Dernière question: qu’aimeriez-vous que nous fassions pour SWITCHverify?

Marc Meyer: Pour nous il est fondamental que nos étudiants internationaux acceptent  la solution de vérification. SWITCHverify devrait être ajustée aux normes internationales, telles que l’Europass, et nous nous réjouissons que SWITCH s’en charge.

Hary Rotter: Pour moi, il est toujours important que la solution fasse partie de l’écosystème existant: le SWITCH edu-ID, le portefeuille, la blockchain. J’aimerais également voir SWITCH approcher le secteur privé au cours des prochaines années, pour relier SWITCHverify aux différentes suites RH. J’espère que les entreprises exigeront des contrôles de validité à moyen terme dans le cadre du processus de recrutement et que des interfaces appropriées seront mises en place. Pour les RH, les diplômes sur la blockchain pourraient alors immédiatement être considérés comme valides.

Marc Meyer: Enfin, je voudrais dire enfin que je suis reconnaissant que SWITCH gère l’ensemble des préoccupations liées à la numérisation dans le paysage suisse des hautes écoles. Mais j’aimerais que nous, les hautes écoles, nous exploitions beaucoup plus les synergies dans la numérisation. Je pense qu’il est dans l’intérêt de tous de faire progresser la Suisse en tant que centre de connaissances, de recherche et d’innovation.

L'auteur
Tania   Stephan

Tania Stephan

Tania Stephan travaille depuis 2019 chez SWITCH en tant que Head of Procurement. Auparavant, elle a travaillé dans le domaine de l'intelligence artificielle à différents postes.

E-mail

Marc Meyer

Marc Meyer

Marc Meyer est titulaire d’un doctorat en chimie physique de l’Université de Berne. Il a ensuite dirigé l’école cantonale du Seetal (LU) en tant que recteur avant de passer à l’Université de Saint-Gall en 2015, où il est directeur des opérations du Prorectorat Études et apprentissage. Marc Meyer est responsable des programmes d’études de la HSG et est chargé de cours en mathématiques.

Hary Rotter

Hary Rotter

Hary Rotter a d’abord appris le métier de menuisier. Ses débuts comme programmeur de machines de production l’ont d’abord mené de l’Autriche à la Suisse, puis à l’informatique. Après une spécialisation dans l’infrastructure informatique (serveur, réseau, virtualisation, etc.), sa carrière a progressé vers la gestion d’équipes et de départements. Pendant plusieurs années, cela l’a amené à effectuer des missions dans divers pays étrangers. Depuis l’automne 2017, il dirige le département d’informatique de l’Université de Saint-Gall (HSG).

Andreas Mayer 

Après avoir étudié l'informatique technique au HTWG de Constance, Andreas Mayer a fondé une PME dans le domaine du développement de logiciels, qu'il a dirigée pendant 17 ans. En 2010, il a rejoint l'Université de Saint-Gall et dirige depuis lors le département gestion des applications. Andreas Mayer est responsable du développement de logiciels avec un accent sur "l'administration des études" et enseigne le développement de logiciels et la méthodologie de projet agile.

Autres articles