Cette article est de la catégorie Divers 

Enfants/parents se mettent en forme pour les médias

L’association zischtig.ch organise avec des dons de SWITCH des cours médiatiques pour parents et enfants. Une rétrospective de 2016.

Texte: Séverine Jagmetti, publié le 06.12.2016

Ainsi l’organisation a pu créer cette année une gamme de cours de loisirs médiatiques pour enfants jusqu’à et y compris le niveau secondaire et leurs parents. Il en a résulté une étroite collaboration surtout avec des bibliothèques, des organisations de formation des parents et des organisations d’agencement des loisirs en Suisse alémanique.

Etant donné les échos positifs, SWITCH a décidé de soutenir ces activités par un nouveau don. Sharmila Egger, spécialiste chez zischtig.ch, explique lors de l’interview comment s’est déroulé le lancement des cours de loisirs médiatiques et comment ils ont été accueillis par le groupe-cible.

SWITCH: Sharmila Egger, quelle est l’idée à la base des cours de loisirs médiatiques de zischtig.ch?
Sharmila Egger: Les parents ont toujours souhaité avoir des cours pratiques. Nous savons par expérience que la formation aux médias réussit particulièrement bien lorsque parents et enfants sont occupés ensemble sur la tablette ou le smartphone. En jouant ensemble à Minecraft, les enfants peuvent montrer sur l’appareil quelque chose à leurs parents déjà tellement expérimentés. Pour une fois, on est plusieurs heures ensemble sur l’appareil sans disputes sur le temps en ligne ni addiction.

Nous tenions également à intéresser de nouveaux partenaires. Avec les cours de loisirs médiatiques, nous avons réussi à faire un tout nouvel assortiment: concevoir, essayer, raconter des histoires et examiner à côté de cela des sujets concernant la sécurité numérique, tout cela en commun.

Comment les cours ont-ils été accueillis par les participants?
Quelques-uns des parents étaient au début réservés, ils auraient préféré se contenter d’accompagner leur enfant au lieu de s’occuper eux-mêmes de problèmes sur l’appareil. Après une brève période de mise en ambiance, les parents ont vite été au centre des activités. Ils se sont montrés ambitieux dans leur ingéniosité à trouver différentes fonctions dans les applications. C’était parfois un défi pour les enfants d’expliquer quelque chose aux parents sans leur arracher des mains la tablette ou le téléphone mobile. Il était passionnant d’observer le processus et les échos ont montré que tant les parents que les enfants appréciaient beaucoup cet échange et avaient du plaisir.

On ne peut être en forme pour les médias que si l’on essaye sans craintes quelque chose de nouveau sans oublier de lire les textes en petits caractères.

Dans quelle mesure les parents et enfants ayant participé aux cours sont-ils en forme pour se servir des nouveaux médias?
Les cours ne nécessitent intentionnellement pas de connaissances préalables. Il y a eut des mères qui ne s’étaient encore jamais servies d’une tablette, des pères passionnés par Minecraft, il s’agissait avant tout d’apprendre les uns des autres. Les parents utilisaient volontiers nos instructions écrites pas à pas tandis que les enfants essayaient tout simplement. On ne peut être en forme pour les médias que si l’on essaye sans craintes quelque chose de nouveau sans oublier de lire les textes en petits caractères. 

Quelle est pour ces parents et enfants l’importance de la sécurité sur Internet?
Les parents ont beaucoup apprécié le fait que nous donnions des conseils professionnels concernant la sécurité – et ce à un niveau compréhensible également pour leurs enfants. Mais à chaque cours, certains enfants sont aussi venus nous trouver avec leurs propres questions sur les thèmes de sécurité.

Ces cours ont un grand potentiel lorsqu’il s’agit de réunir parents et enfants autour d’une table, d’avoir du plaisir et de discuter de thèmes relatifs à la sécurité.

Quelles conclusions tirez-vous des premiers cours?
Je constate que de tels cours ont un grand potentiel lorsqu’il s’agit de réunir parents et enfants autour d’une table, d’avoir du plaisir et de discuter de thèmes relatifs à la sécurité. Il faut dire que les préparatifs ont exigé beaucoup de travail. Dans l’ensemble, je suis enthousiasmée de voir ce que nous avons réussi à faire en si peu de temps. Sans l’assistance financière de SWITCH, nous n’aurions pas pu nous permettre de nous attaquer si courageusement à de nouveaux projets.

Quels sont vos projets pour la suite des cours de loisirs médiatiques en 2017?
Afin de réduire le travail préparatoire, la standardisation est cruciale pour zischtig.ch. Nous avons en outre comme but pour 2017 de travailler avec d’autres groupes-cibles et organisateurs: manifestations d’entreprises, foires ou des cours chez des familles sont envisagés. Nous avons reçu d’innombrables demandes pour d’autres cours: médias sociaux pour parents et enfants, protection des données sur le plan concret ou Youtube for Dummies ont été demandés. Et qui sait, peut-être pourrons-nous en 2017 programmer les premières apps avec des familles.

Sharmila Egger

Sharmila Egger est psychologue lic. phil. avec spécialisation motivation et psychologie pédagogique. Elle s’engage depuis 2014 comme spécialiste chez zischtig.ch. Elle connaît l’utilisation des médias numériques depuis des années et se concentre sur leur utilisation dans le domaine pédagogique scolaire. Sharmila Egger a largement contribué à la préparation de cours de loisirs médiatiques pour enfants et parents, que SWITCH cofinance sous forme de don de Noël.

www.zischtig.ch

Autres articles